Me voilà revenu d'un petit trip d'une semaine en Anatolie, plein de magie et d'histoire.

Mais avant d'y venir, voici un petit avant-goût en images de cette semaine de voyage qui clôturait la fin des partiels, avec un aller-retour pour Bursa, où je me suis rendu entre deux semaines d'examens à Galatasaray, pour fuir l'espace d'un samedi l'étouffement des révisions dans la mégalopole stambouliote.
Bursa (Brousse en Français) fut la première capitale du sultanat qui allait devenir l'empire ottoman. Située de l'autre côté de la mer de Marmara, on peut s'y rendre depuis Istanbul en bâteau pour éviter de contourner cette petite mer prise entre deux détroits ; tous les jours des ferries font le trajet, embarquant familles, salariés, voitures... Certains embarquent même les poids-lourds et les cars ! Une organisation à rude épreuve à vrai dire. Un peu plus de deux heures de trajet dont une heure et demie sur ces énormes plates-formes flottantes surmontées d'un pont qui accueille les voyageurs et une cafeteria.

DSCN1195

Aujourd'hui Bursa est une métropole de plus d'un million d'habitants, comparable donc à Lyon, pour d'autres raisons encore : la ville a toujours été une étape sur les routes commerciales des caravanes, et s'est enrichie dans la production de la soie ! En témoigne le superbe caravansérail central, vieille galerie marchande du 16eme siècle en forme de cloître. A noter d'ailleurs qu'aujourd'hui Bursa est un important foyer de l'industrie automobile, avec notamment ses usines Renault, grand employeur de la région. Il paraît qu'on peut très facilement s'y faire embaucher et gagner très bien sa vie si on parle bien le français et le turc !

Mais quand on parle de Bursa aux Stambouliotes, ils pensent surtout au ski ! Même si la ville est proche de la mer, elle est en fait au pied des montagnes, et il existe quelques stations, qui mériteraient d'être essayées un de ces week-ends...

Pour le reste, malgré une urbanisation pas toujours très heureuse, Bursa a gardé de son passé prestigieux de superbes mosquées du 13ème siècle, et des tombeaux des premiers sultans ottomans et de leurs vizirs, très lumineux et décorés de magnifiques céramiques. Très différent et beaucoup plus coloré que le classicisme qui règne à Istanbul, en somme. L'autre différence que j'ai pu noter, car c'était la première grande ville turque autre qu'Istanbul que je visitais, c'est que malgré une réputation assez républicaine de Bursa, les gens y sont en fait plus pratiquants qu'à Istanbul ; certains se recueillent même dans les mausolées des sultans, il paraît que ça porte bonheur.

DSCN1137

Trêve de récits, les images parleront beaucoup mieux !